Dans le souci permanent de répondre le plus efficacement possible aux requêtes des internautes, Google fait apparaître la réponse la plus pertinente dans la colonne de droite des résultats de recherche :

cette colonne constitue l’Answer Box de Google.En cas de réponses multiples, Google affiche celle jugée la plus “complète et exacte” en partie haute de l’Answer Box.

L’objectif des créateurs d’un site wordpress est d’apparaître dans cette zone, à la place d’un autre site dans google.fr et du site wikipedia dans google.com.

Pour ce faire, il est utile de comprendre :

  • comment Google effectue son processus de sélection des sites apparaissant dans cette zone.
  • Quels sont les outils à notre disposition pour être préemptif dans cette zone ?

Il sera ensuite possible de mettre en place le plan d’action approprié.

procesus de sélection de Google

Google s’appuie sur ses propres données et sur ses partenariats.

données de Google

Les résultats des robots d’indexation de Google lancés sur les sites internet sont compilés, organisés, classifiés et indexés dans des bases de connaissances reliées entre elles.

Le modèle de structuration de ces bases est un modèle ontologique (schema.org) avec les caractéristiques suivantes :

  • un objet de base (référentiel unique repéré dans la recherche sémantique) est une entité
  • un attribut est une caractéristique de cet objet (exemple : la couleur, le lieu, etc.)
  • une relation est un lien entre plusieurs objets (exemple : le Parthenon est situé sur l’Acropole)
  • une classe est un ensemble d’entités (exemple : la classe des musiciens)

Cet ensemble de liens entre objets, attributs, relations, classes constitue ce qui est appelé le « knowledge graph ». Celui-ci s’affine de jour en jour au fur et à mesure des recherches des internautes, ainsi que de l’amélioration continue des algorithmes apportée par Google.

Toute requête d’un l’internaute est traduite par le système en mots clés pour lesquels les algorithmes recherchent quels en sont les correspondances pertinentes au sein du knowledge graph. Ces correspondances peuvent être de toute nature : avec un objet de base, un attribut, une classe et une relation existante.

Dans ce travail d’analyse, Google s’appuie sur la structure des sites, ainsi que sur leur notoriété.

Pour être naturellement pris en compte par le système, tout site doit donc :

1. être irréprochable en terme de structure,

2. avoir un contenu pertinent et de qualité sur une page donnée par rapport à un sujet donné,

3. utiliser à bon escient du balisage html qui est l’un des paramètres de dialogue avec Google,

4. posséder des fichiers sitemaps adapté à la nature des données présentées sur le site : texte, images et vidéos

5. comporter, le plus possible, de métadonnées directement utilisables par le knowledge graph

6. utiliser correctement les outils fournis par Google tels que Google Analytics, Google Search Console, Google PageSpeed Insight …

les partenariats

Wikipedia est l’un des partenaires importants de Google. Pour ses besoins propres, Wikipedia a été conduit à developper son propre knowledge graph, dénommé wikidata, basé sur le même modèle de données que celui de Google. Pour mémoire : schema.org.

Son contenu se trouve ainsi de facto correspondre aux exigences de Google concernant la pertinence des résultats.

Pour que Google prenne en compte votre site avant Wikipédia, ou tout autre site d’un autre partenaire, deux solutions se présentent :

Solution 1 : faire un partenariat avec Google

Cette solution n’est réaliste que pour quelques acteurs majeurs du net.

Solution 2 : travailler sur les données utilisées par Google

Cette solution consiste à apporter à Google les éléments que votre site, par un contenu de site adapté, et par l’utilisation des outils de Google, répond mieux en terme de pertinence que ne peut le faire Wikipedia lui-même à la requête spécifique de l’internaute

Afin de valoriser le contenu de votre site, les autres acteurs majeurs du net, qu’ils soient outils de Google ou non, sont à utiliser comme vecteurs de notoriété, tels que :

  • la plateforme Youtube pour mettre en ligne les vidéos sous forme d’une chaîne de vidéos déclarée, en n’omettant pas de renseigner correctement tous les champs textuels susceptibles de fournir des informations pertinents et uniques à l’internaute ;
  • les autre plateformes vidéos telles que viméo et dailymotion pour la France ;
  • Google Images, en étant attentif à soigner la déclaration des images afin qu’elles apparaissent naturellement sur cette plateforme ;
  • Sites moteurs pouvant êtres de sources de référencement sur les domaines visés par votre site ;
  • Les réseaux sociaux.

Outils utilisés

Afin d’assurer le meilleur balisage sémantique des pages du site (Mark up), d’adresser ainsi un signal de qualité au moteur de recherche et de favorise la description adéquate des entités web que Google scrute, un certain nombre d’outils sont disponibles :

les outils de Google

Google Analytics

Google Analytics fournit des informations pertinentes sur le site classées par thèmes telles que la fréquentation, les mot-clefs, les sources de fréquentation, les provenances géographiques, les ordinateurs et configurations utilisés… Ces éléments peuvent être croisés entre eux. La mise à disposition de ces informations est permet également à Google de renseigner plus finement ses index sur le site.

Search Console

Search Console permet de gérer finement la vie du site notamment en analysant les recherches effectuées, en suivant l’indexation du site par Google, en déposant les fichiers sitemaps. Ces fichiers sitemaps peuvent être particularisés en fonction du type de données, et notamment concernent :

  • les textes, les images, les vidéos par des fichiers .xml
  • le format “knowledge graph” des entitéés sémantiques du site par le biais de fichiers .kml.

De nombreux outils de tests et d’analyse de Google, tels que Google PageSpeed Insight, sont également disponibles dans Search Console afin d”identifier et de corriger les erreurs préjudiciables au site.

C’est également dans Search Console qu’il est possible de suivre et de piloter l’évolution des éléments compatibles « knowlegde graph ».

les outils de WordPress

Outre le fait que WordPress génère le code de votre site en html5, balisage sémantique de base utilisable pour les entités sémantiques du knowlege graph, plusieurs plugins téléchargeables dans les extension du CMS WordPress (petits programmes additionnels dédiés à une fonction spécifique au sein du site) partcipent également à cette tâche.

Nous en évoquerons deux qui fonctionnent de concert : Yoast et Schema

plug in yoast

Ce plugin d’aide à l’optimisation du référencement naturel permet à la fois d’améliorer le balisage sémantique de base des pages mais également d’optimiser tous les éléments (voir plan d’action) pouvant servir de vecteur à ce référencement, ainsi que de passerelle avec les outils de Google.

plug in schema

Ce plugin met spécifiquement en avant les données de votre site exploitables pour la construction et l’affichage par Google des données sémantiques du knowlege graph. Il est capable de s’appuyer directement sur le travail fourni par le plug in yoast.

Plan d’action

Tout plan d’action passe obligatoirement par un référencement naturel de qualité en utilisant les outils présentés ci-dessus.

En effet, aucune étape, ni aucun des outils de Google dont les résultats entrent en ligne de compte dans les algorithmes de Google ne doivent être négligés. L’utilisation des outils de validations de Google va se dérouler en plusieurs séquences itératives, dont l’ordre est important :

1. Inscription auprès de Google Analytics afin de suivre la fréquentation du site ;
2. Inscription auprès de la Search Console afin de gérer le suivi du site par Google ;
3. Installation et configuration du plug-in yoast pour gérer le référencement du site ;
4. Installation et configuration du plug-in « schema » pour améliorer le knowledge graph ;
5. Utilisation des outils de validation de Google, ou acceptés par lui, afin d’améliorer le référencement du site.

Google Analytics

Une fois inscrit sur Google Analytics, il importe de donner à Google les moyens de suivre votre site : pour cela, faire figurer sur votre site le code javascript qui vous a été délivré par Google Analytics.

Ce code javascript doit être inclus exactement au dessus de la fin de la balise head dans le fichier header.php du modèle en cours.

Ce fichier est chargé à l’exécution de toutes les pages du site, ce qui va permettre à Google Analytics de suivre l’activité du site.

Pour les personnes peu familiières avec le developpement, il est possible d’utiliser un plug in dédié à cet usage. Mais ne pas oublier que la multiplication des plugins accroit touours le temps de chargement des pages.

Search Console

Suite à l’inscription sur Search Console, ne pas oublier de lier le site à Google Analytics.

Puis d’opérer un retour dans Google Analytics afin initialiser la liaison entre Search Console et Google Analytics.

L’interfaçage entre Google Analytics et la Search Console permet une analyse très subtile du site et de le rendre plus affûté.

Installation et configuration du plug-in yoast

Ses paramétres les plus importants Vont vous permettre de réaliser les tâches telles que :

  • Optimisation du titre des pages en fonction du contenu de la page ;
  • Nommage manuel ou automatique du lien des pages en fonction de leur titre et du type de la page (article, page, categorie, tag, résultat de recherche, archives …) ;
  • Proposition, en fonction du contenu de la page, de titres et de descriptions fournissant les résumés de Google qui s’affichent dans les résultats de recherche ;
  • Gestion des méta-données (titre, description, mots-clefs …) avec aperçu en temps réel et comptage de la longueur ;
  • Gestion des mots vides, c’est à dire des mots qui pourraient être générés automatiquement pour les titres, les liens ou les méta-données. Ceci, en l’absence d’analyseur syntaxique et sémantique permet de retirer pour les langages francophones les superlattifs, alors qu’ils sont d’usage pour les les américains du Nord ;
  • Gestion de champs personnalisés pouvant être utilisés pour ses propres méta-données, pouvant ensuite servir à crêer ses propres objets sémantiques alimentant les knowlege graph ;
  • Optimisation de la mise en valeur des images ;
  • Gestion et génération des fichiers sitemaps adaptés (texte, images, vidéos, knowlege graph), en liaison avec la Google Search Console, la Bing Search Console, ainsi que la Yandex Search Console ;
  • Interface avec Google Analytics ;
  • Interface avec les réseaux sociaux,
  • Optimisation des données exploitables par le knowlege graph de Google….

 

Installation et configuration du plug-in shema

 

Ses quelques paramètres, très faciles d’utilisation, vont permettre :

  • De sélectionner et de paramétrer les données sémantiques issues de votre site, à afficher dans la colonne de droite de la page des résultats de recherche de Google ;
  • De particulariser les données en fonctions des articles ou des catégories ;
  • De produire le code dans le format JSON-LD adapté, format recommandé par Google pour le knowlege graph

Conclusion

Plus la construction du site sera haramonieuse et suivra en temps voulu les préconisations édictées de facto par Google, plus le site sera à même de s’intégrer naturellement dans les résultats de recherche de Google.